ici1fo.com

USA : Depuis New-York, la CEDEAO dépêche des Chefs d’Etat à Bamako pour réclamer la libération des 46 militaires ivoiriens détenus

ICI1FO
ICI1FO Add a Comment 170 vues
Pendant la séance de travail (image ICI1FO)

Une réunion extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’est tenu le jeudi 22 septembre 2022, à New York en marge de la 77ème Assemblée générale de l’Onu. C’est la Côte d’Ivoire qui avait appelé à la tenue d’un sommet « dans les meilleurs délais » devant l’aggravation de l’affaire dite des 46 soldats ivoiriens arrêtés au Mali. Au cours de ce sommet à huis clos, le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama avait indiqué que le dossier des 46 militaires ivoiriens était sur la table.

« L’heure des coups d’État est révolue »

Les dirigeants ouest-africains réunis à New York ont également réclamé la libération de 46 militaires ivoiriens détenus au Mali. Cette situation, faut-il le rappeler, avait déclenché une grave querelle entre les deux pays. « Nous condamnons l’arrestation des militaires ivoiriens (…) la Cedeao dépêchera au Mali les présidents du Ghana, du Togo et du Sénégal pour obtenir leur libération. L’heure des coups d’État est révolue », a martelé Omar Aliou Touray, le président de la commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Ces émissaires sont attendues probablement le 27 septembre 2022, à Bamako, la capitale malienne.

L’ordre du jour, ICI1FO apprend qu’au cours de ce cette réunion présidée par le président en exercice de la Cedeao, le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo a porté sur la situation au Mali et en Guinée. « Nous avons décidé de prendre des sanctions contre la Guinée », a déclaré à l’Afp Omar Aliou Touray, après un sommet à huis clos à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU. Pour ce faire, le président en exercice de la Cedeao et le président de la commission de la Cedeao vont établir une liste de personnes à sanctionner. Les sanctions seront appliquées de façon graduelle. Que ce soit en Guinée, au Mali ou au Burkina Faso, la Cedeao veut convaincre les juntes de ces pays à un retour des civils du pouvoir.

À noter que cette réunion extraordinaire s’est tenue à l’exception du Mali, de la Guinée et du Burkina dirigés par des juntes et suspendus de la Cedeao.

Pierre Le Blanc pour ICI1FO

Share this Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 + 3 =