Côte d’Ivoire : Dans le Gbêkê, Anne Ouloto invite les Wê résidant à Bouaké, à marcher à ses côtés pour l’essor du Guémon et du Cavally

ICI1FO
ICI1FO dimanche 12 juin 2022 à 17h51 Ajouter un Commentaire 689 vues
Anne Ouloto s’adressant à ses parents Wê à Bouaké (image ICI1FO)
Journée marathon pour la ministre Anne Désirée Ouloto à Bouaké, capitale de la région de Gbêkê le samedi 11 juin 2022 comme constaté par ICI1FO.COM sur place. Après un moment de réjouissance passé avec ses filleules du Collège Moderne de Jeunes Filles dans la matinée de ce samedi sur le terrain d’EPS dudit établissement, situé au quartier Belleville, la ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, a eu une rencontre politiquement fraternelle avec ses parents Wê résidant à Bouaké.
Venus de Béoumi, Diabo, Djebonoua et certaines localités du Gbêkê et bien au delà, des ressortissants de la communauté Wê du Gbêkê, du Guémon et du Cavally, n’ont pas voulu se faire conter cet événement. Ils ont unanimement dit «An-Srin» (bonne arrivée) à l’une des leurs à Bouaké, précisément dans la salle des mariages de la mairie de Bouaké.
Au nom des ressortissants Wê, Docteur Maho David a remercié la ministre pour sa présence et a salué le chef de l’État, le président Alassane Ouattara pour avoir pris à ses côtés dans son gouvernement, une Femme Wê en la personne de Anne Désirée Ouloto. Il a par ailleurs profité de l’occasion pour égrener un chapelet de doléances pour le bien être des siens.
« Quand le président Ouattara m’a nommé, ce n’est pas à cause de moi mais c’est à cause de vous (…) Je vous demande pardon il ne faut pas que les Wê restent en retard. En 2025, il y aura encore un bilan du président Alassane Ouattara. Montez dans le train du développement (…) Personne ne va mener notre combat à notre place. On a eu des leaders, quand ils sont devant, ils ne regardent pas derrière. Moi j’avance avec Alassane Ouattara et je vous regarde, venez on va avancer. Je ne vais pas vous appeler trois fois hein…» a prévenu maman Bulldozer.
« Pendant longtemps, les Wê ont pensé qu’ils étaient les mal aimés du pays. Mais pourquoi le Wê peut-il être mal aimé du pays ? Dans la vie, on dit que les hommes passent et les institutions restent.Tout passe, les hommes passent et les institutions restent. Montez dans le train du developpement (…) Ce qui se passe là, c’est pour le developpement. Et le developpement n’a pas de couleur politique. On fait la politique pour que nos vies changent, pour que nos enfants aient du travail…» a affirmé la présidente du Conseil regional du Cavally qui a invité ses parents à être à ses côtés. « Ne me laissé pas marcher seul, venez pour avoir aussi notre part de développement. Un chef a besoin d’être encouragé. J’ai besoin de savoir, quel est le choix des Wê ? Maintenant, il faut se déterminer. Je ne peux plus avancer dans le flou…» a-t-elle conclu, indiquant que la balle est dans le camp de ses parents.
Enfin, la ministre Anne Désirée Ouloto a dit attendre des siens résidant dans le Gbêkê, une réelle invitation où elle apportera des réponses à des préoccupations évoquées.
Christ Yoann pour ICI1FO
Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

8 + 1 =

vous ne pouvez pas copier du contenu sur ce site