Côte d'Ivoire : SOTRA, la grogne des machinistes

Publicité

Contactez-ICI1FO via mail à ici1fo@yahoo.com ou par tél/wathsapp au +225 0505175699


Pour une durée minimale de 6 mois à l'Institut Sotra (non renumerée) la formation était autrefois payée une fois déclaré apte après la visite médicale. Agents en formation pour devenir des futures machinistes percevaient une prime de formation qui a été annulée par la direction actuelle depuis son arrivée aux affaires. Pour cause: l'achat de nouveaux autobus. 

Les agents en formation sont pour la plupart obligés de recourir à d'autres activités après leurs heures de formation pour pouvoir subvenir à leurs besoins. 

Passé l'étape de la formation, les Agents déclarés aptes sont mis à la disposition de la Direction générale par l'Institut Sotra pour la signature de leurs contrats. C'est là que le Machiniste se rend compte de la réalité à laquelle il sera confronté. Contrairement à ce qu'a déclaré dans les médias Mr MEÏTÉ BOUAKE DG de la SOTRA qui faisait état du salaire du machiniste qui serait mieux payé que le corps habillé avec un salaire de 250.000f, le machiniste lors de la signature de son contrat se rend compte qu'il débute avec un salaire de base de 142.320f durant un an avant de passer à 155.368f.

Cette question de salaire suscite des interrogations chez les machinistes à savoir si l'impôt sur revenus débités sur leurs salaires est calculé sur la base de ce qu'ils perçoivent ou sur la base de ce qui a été déclaré par le Directeur général.

Selon les témoignages recueillis, l'accès aux médicaments reste difficile avec seulement 3 pharmacies (Lycée Technique, St Louis et Keneya) qui acceptent par moments les bons SOTRA alors que les agents sont prélevés par mutuelle à hauteur de 8.000f par agent par mois. Selon certaines informations, l'entreprise aurait même du mal à payer les droits des retraités qui sont par moments payés en monnaie de singe. 

Avec un salaire de 150.000f et une famille en charge, ces agents de première ligne sont obligés de vivre dans les zones reculées pour pouvoir joindre les deux bouts. Partis pour sortir entre 3h et 4h du matin pour leurs prises de services, ces hommes et femmes se font généralement agresser. Selon notre témoin, les machinistes ne bénéficient pas de primes de risques mais sont exposés à des sanctions très récurrentes dans le milieu qui pour la plupart est considéré comme un abus de pouvoir. 

Pour ces soldats sans armes, toutes leurs doléances tombent dans les oreilles de sourds. La SOTRA compte plus de 5 syndicats qui pour eux ne font rien pour améliorer leurs conditions de travail et de vie à l'exception du SYNTRAS qui oeuvre un peu plus pour leurs causes. La plupart des machinistes trouvent que les syndicats qui doivent porter leurs voix sont ceux là même qui font barrière aux mouvements de grève ainsi que certains agents fumistes qui ont souvent des promotions pour les informations qu'ils rapportent. 

À travers ces écrits, les machinistes expriment leurs Mécontentement et souhaitent se faire entendre par le président de la république en vue d'une amélioration de leurs situations.


Christ Yoann pour ICI1FO