Angleterre : Un électricien hospitalier plaide coupable pour une centaine d'abus sexuels sur des cadavres

Publicité

Un électricien hospitalier a plaidé coupable de deux meurtres et de dizaines d'agressions sexuelles post-mortem, provoquant un scandale au Royaume-Uni. En réponse, le ministre de la Santé a annoncé l'ouverture d'une "enquête indépendante".

Le ministre britannique de la Santé Sajid Javid a annoncé ce lundi 08 novembre 2021, l'ouverture d'une enquête indépendante au sujet du scandale des dizaines d'agressions sexuelles mort-mortem dans des morgues reconnues par un électricien hospitalier.

L'affaire a éclaté publiquement jeudi dernier quand David Fuller, 67 ans, a plaidé coupable de deux meurtres remontant à 1987, ainsi que de 44 infractions relatives à des agressions sexuelles post-mortem, une affaire sans précédent au Royaume-Uni.

Selon le ministre de la Santé, les enquêteurs estiment à 100 le nombre de victimes de ces actes, dont 81 ont été identifiées. La chaîne d'information Sky News a diffusé sur Twitter un extrait de l'enregistrement de l'interrogatoire de David Fuller dans lequel il admet ses crimes.

Ouverture d'une "enquête indépendante"

Devant le Parlement, il a présenté ses "excuses aux amis et familles de toutes les victimes". Soulignant qu'aucune excuse "n'enlèvera la douleur et la souffrance causées par ces infractions", Sajid Javid a souligné que "nous avons le devoir d'examiner en détail ce qui s'est passé et s'assurer que cela ne se reproduise jamais".

L'homme politique a annoncé l'ouverture d'une "enquête indépendante", qui devra notamment "nous aider à comprendre comment ces infractions ont pu se produire sans être détectées dans le passé", "identifier où des mesures précoces de la part du centre hospitalier où les faits se sont produits auraient dû être prises" pour en tirer des enseignements au niveau national.

L'enquête de la police a mis en évidence que, entre 2008 et 2020, David Fuller "s'est filmé et photographié en train d'abuser sexuellement des corps de dizaines de femmes et filles dans deux morgues de l'hôpital de Tunbridge Wells", avait indiqué jeudi le parquet britannique dans cette affaire "sans précédent dans l'histoire judiciaire britannique".


ICI1FO

Poster un commentaire