Côte d'Ivoire : Vu aux côtés d'Ahoussou à Sakassou, le maire Kouamé Eugène a-t-il viré au RHDP ? un cadre du PDCI « déçu » par Bédié, évoque le cas Koumoin de Diabo

Publicité

Contactez-ICI1FO via mail à ici1fo@yahoo.com / diciinfo3@gmail.com ou par tél/ whatsApp au +225 0505175699



Bien malin qui pourra répondre. En effet, le système politique mis en place par certains militants de parti politique dont le PDCI RDA, consistant à jeter le discrédit sur un cadre, le taxant d'être occasionnellement à proximité des cadres de chapelles politiques différentes, semble au constat, laisser la haute direction du plus vieux parti politique ivoirien, sanctionner ces leaders sans autre forme de procès.

Si, en tant que premier magistrat d'une ville portant la casquette du PDCI et accueillir une personnalité d'un autre parti, qui plus est le parti au pouvoir RHDP, et être taxé à tort de traîtrise par des militants et même certains cadres de sa famille politique, l'esprit de discernement devrait vraisemblablement être l'arme de tout un chacun. Le cas du maire de Sakassou devrait interpeller ces milliers de militants du PDCI, prêts à ternir l'image d'un des leurs sur la base d'éventuelles accointances à des cérémonies officielles.

Étant le premier magistrat de Sakassou, Monsieur Kouadio Kouamé Eugène qui est fervent militant du PDCI, ne s'est pas mis en marge de l'accueil du président du Sénat lors de sa visite à la Reine Akoua Boni 2 ce samedi 12 juin 2021. Cette présence, pourrait-on la qualifier comme une transhumance de l'élu vers la famille des Houphouëtistes ? Seuls certains militants du PDCI, pas en phase avec ce cadre, croiraient tout bas à cette "absurdité", fait savoir un cadre du plus vieux parti politique ivoirien, interrogé en marge de la visite du patron du Sénat ivoiren.

« Vous savez, le comportement des militants, les querelles internes entre cadres du même parti pour ravir le poste de l'autre me sortent par les pores. Sans une enquête précise pour dissocier le vrai du faux, ayant été informé de ces accusations, le président Bédié, notre leader se fait tromper par des gens qui en réalité, mènent ces campagnes de dénigrement pour s'accaparer des postes de ces fidèles militants qui se verront éjectés. Le président Bédié doit user de plus de lucidité car avec ce que je vois, je suis déçu par lui.

Souvenez-vous du maire de Diabo Monsieur Koumoin René, un délégué PDCI et ses secrétaires généraux de sections qui ont été remplacés, sous le fallacieux prétexte qu'il est fréquemment présent aux côtés du DG du trésor Assahoré Jacques, qui vient malheureusement de battre le candidat du PDCI à la dernière législative dans la circonscription électorale de Diabo-Languibonou. Cette localité a échappé aux mains du PDCI à cause des fausses accusations portées contre le maire et c'est ce que le président Bédié devrait revoir. Comment comprendre qu'un maire d'une commune, qui reçoit pendant des cérémonies officielles des infrastructures ou plusieurs dons venant de cadres du RHDP pour sa commune dans un cadre purement apolitique, soit qualifié de traître ? C'est regrettable pour certains de nos militants de penser ainsi. Parcequ'ii a été présent aux côtés de Assahoré Jacques à différentes occasions de remise, réceptionnant en tant que le magistrat de sa localité, on dit qu'il est RHDP.

Si tel est le cas, je pense bien que le maire de Sakassou vient également de démontrer aux yeux de tous qu'il est désormais au RHDP. Le maire Kouamé Eugène a accueilli la délégation de Ahoussou Jeannot dès son arrivée et était à ses côtés pendant tout son séjour sur le sol Walèbo. Si je suis PDCI et que je souris fraternellement avec une personne du RHDP, qu'on dise que j'ai viré au restaurant. C'est pas grave mais moi, je sais que tous ces "on dit" que le président Bédié prend pour argent comptant, seront un accélérateur qui risque de voir véritablement s'écarter du parti, ceux ou celles qui se sentiront à leur tour, abandonné par leur formation politique pour laquelle ils se sont battus corps et âme...» a confié à ICI1FO, un cadre du PDCI de la région de Gbêkê qui a requis l'anonymat, estimant que l'éviction de caciques cadres sur la base d'accusations erronées, risquerait de voir le PDCI RDA perdre ses militants comme constaté déjà à Bouaké, capitale du Gbêkê, anciennement un des bastions imprenables du parti de Bédié.


Christ Yoann pour ICI1FO

250x250